Wednesday, December 12, 2012

Peaks Supporters Face Federal Charges in ‘Politically Motivated Attack’


Peaks Supporters Face Federal Charges in ‘Politically Motivated Attack’

Forest Service attempts to ‘Ban’ them from the Peaks to Prevent Further Protests

By Indigenous Action Media
Censored News
http://www.bsnorrell.blogspot.com
English/French


Klee Benally singing before arrest
FLAGSTAFF, Ariz. — On December 11, 2012 three Peaks activists peacefully turned themselves over to U.S. Marshalls in response to allegations of federal charges and “sealed” warrants resulting from a civil protest at a Forest Service building on September 21, 2012.
“It is obvious why these court documents were sealed, the Forest Service wanted to arrest and make an example out of us to deter further protests for protection of the Holy San Francisco Peaks.” stated Klee Benally a Dine’ (Navajo) activist. Benally has been advocating for Indigenous religious freedom and protection of the holy Peaks for more than 14 years, “This is a politically motivated attack that was clearly timed to send a message to anyone who cares about the Peaks from protesting Snowbowl snowmaking with treated sewage effluent.”
Benally declared to a crowd of supporters at the Marshall’s office, “The Forest Service lied in the Environmental Impact Statement, they lied in court, they are lying about these charges, and they are lying about their sacred sites policy. We are being arrested today because we are not afraid to stand up and speak the truth!”
Supporters gather outside the courthouse.
The three Peaks activists were kept in shackles around their waists, hands and feet and caged for nearly 5 hours while waiting to appear before a judge. While in custody, plain clothed U.S. Forest Service agents attempted to individually interrogate the Peaks activists without lawyers present.
Forest Service law enforcement captain John Nelson was the only Forest Service representative in the courtroom. Nelson has a history of intimidating and harassing Peaks supporters and traditional practitioners engaged in prayer on the Peaks.
“It seems clear to me,” Benally stated, that the Forest Service is seeking to suppress any further possibility of us speaking the truth for religious freedom and protection of the holy San Francisco Peaks.”
The prosecutor repeatedly requested that the judge “ban” the activists from going on the San Francisco Peaks and to any Coconino Forest Service building as a condition of their release. During the arraignment, the federal prosecutor continually stated that he was concerned about the possibility of further protests.
Attorney Matthew Brown argued that Benally’s religious practice was directly connected to the San Francisco Peaks and restricting his access to the Holy Mountain would be akin to preventing him from going to church. The judge agreed not to ban Benally from the Peaks but cautioned him that if he broke any laws he would be immediately imprisoned until trial. Even a wrongful arrest on USFS lands would be grounds for imprisonment until trial.
The three Peaks supporters were released just after 2:30 p.m.. They re-joined the group of supporters and held a banner stating, “Protect Sacred Sites, Defend Human Rights.”
A status hearing for the Peaks activists will be held on December 27, 2012 at 10:00 a.m. at the Flagstaff Federal Courthouse. A date for a bench trial is expected to be set then.
The four protesters are facing multiple counts (Section 261.3a) of a misdemeanor charge for allegedly interfering with a Forest officer. The statute reads, “Threatening, resisting, intimidating, or interfering with any forest officer engaged in or on account of the performance of his official duties in the protection, improvement, or administration of the National Forest System is prohibited.”
“Not only are these federal charges absurd, they are an attack on freedom of expression,” stated Benally, “The fact that the USFS would bring these charges the same day they released their report on the protection of sacred sites demonstrates that they are not acting in good faith.”
“The final report on Sacred Sites repeatedly points directly at Coconino National Forest and Secretary Vilsack’s callous handling and subsequent approval of using treated sewage effluent to make snow at Arizona Snowbowl.” stated Rudy Preston, a citizen of Flagstaff. He continues his statement “it was the single most detrimental action to their ability to even be taken seriously while doing public outreach to create the report. I feel like the timing of these arrests had two goals in mind: the first was to ban effective activists from Snowbowl as the resort begins to make poop snow, and the second was to thumb their noses at the Sacred Sites report and say, ‘this is how we do it in the Coconino and we don’t care if you want to make good relations with Indigenous cultures.’ Even the Snowbowl Record of Decision clearly states ‘this project will likely have a disproportionately adverse effect on affected Native Americans (p.32)’ and additionally states that the no action alternative ‘is the environmentally preferable alternative because it would not have approved any of the physical, cultural or biological impacts that are anticipated under the implementation of Alternative 3 (snowmaking and expansion, p.33).’”
Peaks supporters have stated that they are undeterred from this attack on their freedom to express themselves and will continue their efforts to protect the holy San Francisco Peaks.
“The natural laws and the indigenous people were already here in a good relationship before the coming of the colonial society who draws law and boundaries.” stated Big Mountain resister Louise Benally who was outside the courthouse offering support, “However we Indigenous Peoples will always have ties with these lands, we will continue to live that way with nature and we will carry on. These man-made laws by the U.S. government will vanish soon.”
Previous News Release & Forest Service Report here: http://www.indigenousaction.org/peaks-activists-targeted-with-federal-charges-and-arrest-warrants-as-forest-service-announces-new-sacred-sites-policy/
More info: www.ProtectthePeaks.org
Contact: Klee Benally indigenousaction@gmail.com

COMMUNIQUE DE PRESSE: DES DEFENSEURS DES PICS RISQUENT DES POURSUITES FEDERALES, SUITE A UNE ‘ATTAQUE A CARACTERE POLITIQUE’
Par Indigenous Action
12 décembre 2012
Le Service des Forêts tente d’interdire l’accès aux Pics aux activistes pour empêcher de nouvelles protestations
POUR DIFFUSION IMMEDIATE
Contact :
Klee Benally
Des défenseurs des Pics risquent d’être mis en examen suite à une ‘attaque à caractère polique’
Le Service des Forêts tente de le interdire l’accès aux Pics San Francisco pour prévenir de nouvelles protestations
12 décembre 2012
Traduction Christine Prat
FLAGSTAFF, Arizona – Le 11 décembre 2012 trois activistes défendant les Peaks se sont rendus pacifiquement au commissariat fédéral en réponse à des allégations d’inculpations fédérales et de mandats d’arrêt « sous scellés » suite à une action de protestation dans un bâtiment du Service des Forêts le 12 septembre 2012.
« La raison pour laquelle ces documents étaient sous scellés est évidente, le Service des Forêts voulaient nous arrêter et faire un exemple afin de décourager de nouvelles protestations pour protéger les Pics Sacrés San Francisco. » dit Klee Benally, un activiste Diné (Navajo). Benally a lutté pour la liberté religieuse des Autochtones et la protection des Pics Sacrés depuis plus de 14 ans, « Cette attaque a des mobiles politiques, elle a clairement été planifiée à ce moment précis pour faire passer un message à tous ceux qui se soucient des Pics de s’abstenir de protester contre la fabrication de neige à partir d’eau d’égout recyclée ».
Klee a déclaré a une foule de supporters devant le commissariat : « Le Service des Forêts a menti dans la Déclaration d’Impact Environnemental, ils ont menti au tribunal, ils mentent à propos de ces accusations et ils mentent sur leur politique vis-à-vis des sites sacrés. Nous sommes arrêtés aujourd’hui parce que nous n’avons pas peur de faire face et de dire la vérité ! »
Les trois activistes défenseurs des Pics ont été menottés, la taille, les mains et les pieds liés et retenus dans une cage pendant près de 5 heures avant d’être présentés à un juge. Pendant leur détention, des agents du Service des Forêts US en civil ont tenté de les interroger individuellement, hors de la présence de leurs avocats.
Le capitaine John Nelson, responsable du maintien de l’ordre du Service des Forêts, était le seul représentant du Service au tribunal. Nelson a tout un passé d’intimidation et de harcèlement des défenseurs des Pics et des hommes-médecines traditionnels qui prient sur les Pics.
« Pour moi c’est clair, » dit Klee Benally, « que le Service des Forêts cherche à éliminer toute possibilité d’exprimer la vérité sur la liberté religieuse et la protection des Pics Sacrés San Francisco. »
Le procureur a demandé à de nombreuses reprises que le juge « interdise » aux activistes de se rendre sur les San Francisco Peaks et dans tout bâtiment du Service des Forêts de Coconino comme condition de leur remise en liberté. Pendant la comparution, le procureur fédéral répétait continuellement qu’il s’inquiétait de la possibilité de nouvelles manifestations.
L’avocat Matthew Brown a fait valoir que la pratique religieuse de Benally était directement liée aux Pics San Francisco et que lui en interdire l’accès serait similaire à lui interdire d’aller à l’église. Le juge a accepté de ne pas interdire l’accès aux Pics à Benally mais l’a prévenu qu’à la moindre infraction il serait emprisonné jusqu’au procès. Même une arrestation par erreur sur les terres gérées par le Service des Forêts constituerait une raison de l’emprisonner jusqu’au procès.
Les trois défenseurs des Pics ont été relâchés juste après 2h30 de l’après-midi. Ils ont rejoint le groupe de supporters et ont brandi une banderole proclamant « Protégez les Sites Sacrés, Défendez les Droits de l’Homme. »
Une audience sur le statut de l’instance aura lieu le 27 décembre 2012 à 10h du matin au Tribunal Fédéral de Flagstaff. La date du procès en session plénière y sera probablement fixée.
Les quatre manifestants risquent d’être inculpés d’infractions multiples (Section 261.3a) pour avoir dérangé un Officier des Forêts. Les statuts disent : « Menacer, résister, intimider ou déranger tout officier des forêts dans l’exercice de ses fonctions officielles de protection, d’amélioration ou d’administration de Système National des Forêts ou à cause d’elles, est interdit. »
« Non seulement ces accusations fédérales sont absurdes, mais elles constituent une attaque contre la liberté d’expression » dit Klee Benally, « Le fait que le Service des Forêts des Etats-Unis émette ces accusations le jour même où ils publient leur rapport sur la protection des sites sacrés démontre qu’ils n’agissent pas de bonne foi. »
« Le rapport final sur les Sites Sacrés se réfère à de nombreuses reprise au manque de sensibilité du Service de la Forêt Nationale de Coconino et du Ministre Vilsack dans leur façon de traiter puis d’approuver l’affaire de l’utilisation d’eau d’égout traitée pour faire de la neige à la station Arizona Snowbowl » dit Rudy Preston, un citoyen de Flagstaff. Il ajoute « c’est de loin l’action la plus préjudiciable à leur capacité d’être seulement pris au sérieux lorsqu’ils s’adressent au public pour créer leur rapport. Il me semble que le choix du moment pour ces arrestations avait deux buts : le premier était d’empêcher les activistes d’accéder à Snowbowl au moment où la station commence à faire de la neige d’excréments, et le deuxième était de faire un pied de nez au rapport sur les Sites Sacrés et d’affirmer ‘ voilà comment nous procédons ici dans le Coconino et il nous importe peu que vous vouliez entreprendre de bonnes relations avec les cultures Autochtones.’ Même le Rapport de Décision de Snowbowl dit ‘ce projet aura probablement des effets négatifs hors de proportion sur les Amérindiens concernés’ et ajoute que l’alternative de n’entreprendre aucune action ‘est l’alternative préférable sur le plan de l’environnement parce qu’elle n’aurait approuvé aucun des impacts physiques, culturels et biologiques anticipés dans la mise en œuvre de l’Alternative 3 (fabrication de neige et expansion, p. 33).’ »
Les défenseurs des Pics ont déclaré qu’ils n’étaient pas ébranlés par cette attaque contre leur liberté de s’exprimer et qu’ils continueront dans leurs efforts pour protéger les Pics Sacrés San Francisco. « Les lois naturelles et les peuples autochtones étaient déjà là, et dans une bonne relation, avant l’arrivée de la société coloniale qui fait des lois et trace des frontières. » dit la résistante de Big Mountain Louise Benally, qui était venue devant le tribunal pour proposer son soutien. « Cependant, nous, les Peuples Autochtones, aurons toujours des liens avec ces territoires et nous continuerons de vivre de cette manière avec la nature et poursuivrons notre chemin. Ces lois faites par des humains, par le gouvernement des Etats-Unis disparaîtront bientôt. »



No comments:

Censored News PayPal: Need to raise $260 to cover this week's live coverage






We need to raise $260 for the week's live coverage from the AIM West Conference in San Francisco. We are volunteers and rely on donations for travel to provide authentic live coverage! Thank you! brendanorrell@gmail.com