Tuesday, February 10, 2015

Dine' Walkers Conclude 225 Mile Trek: Remembering Long Walk

Walkers Conclude 225-Mile Trek to Mount Taylor

By Lyla June Johnston
Censored News

French translation by Christine Prat

On February 1st 2015, the walkers of Nihígaal Bee Iina (pronounced ni-hi-gahl beh ee-nah, meaning "Our Journey for Existence") completed their quest to walk over 200 miles in the name of their children, land and ancestors. The walk was in commemoration of the 150th anniversary of The Long Walk, whereby over 9,500 Diné (Navajo) were marched at gunpoint for hundreds of miles into Bosque Redondo—a concentration camp they would stay for four years. Only 7,304 survived the internment to return back to Diné Tah, the original Navajo homeland. In addition to honoring the resilience of their ancestors, the walkers also set out to raise awareness about issues surrounding oil and gas extraction in Diné Tah. Ultimately, the group walked the entire span from Dził Naa’oodiłii (Huerfano Mounatin) to Tsoodził (Mount Taylor) in 26 days, a total of 225 miles.
“It was awesome to be walking up that mountain, carrying those prayers, to feel the stillness of Tsoodził and just for that day it was really calm, sunny, bright,” commented Kooper Curley, one of about 70 walkers who joined for all or part of the journey.
“My favorite part of the journey was when I saw that picture of Tsoodził. It really brought tears to my eyes and made me think, ‘They did it. They did it,” said Libby Williams, an elder Diné woman who assisted the walkers on their journey.
“They kept singing that song, ‘Sheenaashaa,’” stated Enoch Endwarrior, of Albuquerque, New Mexico. “I’ve always heard that song but I never knew what it meant. I learned that this is the song the ones who survived Hwééldi [“The Place of Suffering,” or Bosque Redondo] sang when they burst into joy, relieved to leave that place and go back within the four sacred mountains. To see the peak reminded me of my great-great-great-great grandmother. She was just a little girl during the round up, during Hwééldi. It was a family of five and only two survived—my grandma and her sister. I will never know the true degree of that suffering but it was such an overwhelming feeling of joy just to see the peak of Tsoodził. Just to know that she stuck it out, she survived, she endured, just for me to see that.”
According to the walkers, their journey leading up to Tsoodził was full of sobering experiences. Along the way they spoke with children in Lybrook, NM whose schools had been shut down due to water contamination from surrounding oil wells. At another point they walked along miles of idle cars that were held up due to a gas tank explosion. One local resident they encountered experienced a murder in their family, incensed by lumps of money offered by the oil industry. One young woman they met reported that she could no longer run alone in the evenings because of the countless oil and gas workers that pepper the land.
Cheyenne Antonio, a young woman from Torreon, NM—the heart of the Dine hydraulic fracturing industry—joined the walkers after they visited her community. “It felt good to finally have people come and really talk about how the violence has gone up. It’s hardly ever discussed and it needs to be discussed. There’s so much violence among our children, our women. Once that oil money comes in there is a whole new person in front of you. Money is controlling them. And that’s new in my life, dealing with greed.”
“This is about addressing the issues with fracking, coal mining and the gas extraction around the four corners that NASA can see from space,” says Leslynn Begay of Flagstaff, AZ. “When people see the walkers they become interested, they ask questions and they become more aware.”
Seeing a great herd of walkers along the road laid the foundation for many discussions and conversations with local residents, according to the walkers. “Someone was always pulling over asking, ‘What are you guys walking for?’ Even a Peabody employee pulled over and said, ‘I work at the coal mine, but it’s just a job and I support you guys.’ Things like that put everything into perspective. That these workers, they’re not just people, they’re family,” stated Curley.
Despite the continuous hardship they encountered through the oil and gas corridor of Dine Tah, the walkers indicated that each day ended with a note of hope.
According to Kim Smith of St. Michaels, Arizona, “The plight of the people was the most memorable thing throughout the journey. Really seeing how poor our people were and how beaten down. But the most beautiful part was when we told them about our prayer walk, that we didn’t have to accept that the only jobs for us are in oil fields and coal mines. It gave them a pep in their step. That’s what leadership does. And it was a group of people that did that. It wasn’t just one person, one savior that came in to give people that hope. It was a group of young people.”
Another young female organizer, Amber Hood, stated, “I had an elder tell me the other day that through these walks we are breathing life back into Hozhó [inner/outer balance]and I think he is absolutely correct. I realized about a third through the walk that this is bigger than fracking, this is bigger than the energy sector, it’s bigger than resource extraction and corrupt tribal government. It’s truly a journey back to our original selves where with every walk, hopefully every year that we do it, we are becoming more fluent in our language, we learn more stories about our land and our ancestors. On the next walk I want to focus on bringing in our traditional herbology to the walkers.”
Throughout the interview process with the walkers, this was a recurring theme: that the solution to the ailments of Dine people is not necessarily fighting what they don’t want, but embodying what they do want and returning to their traditional way of life.
“When we were at Tsoodził today, I felt this surge of overwhelming positivity,” said Dana Eldridge, one of several core organizers of the walk. “We saw a lot of really bad, terrible things on our journey. Things that hurt physically, emotionally and mentally. But this journey has shown me that Nihima Nahasdzáán [Mother Earth] really does have the power to heal. Being outside, walking outside it really does uplift you. Going up the mountain today, that’s all I felt. I wasn’t thinking about the negativity. I wasn’t thinking about how awful all this destruction is. I was just thinking about how beautiful everything is and how thankful and happy I am that I got to experience this.”
“I believe that In our original condition we were people of hope,” said Hood. “That is being restored. A year ago, even though we were working very hard to understand what’s going on and work with community, it felt very hopeless. I’ve felt a certain type of emotional paralysis. And this walk, it gives me hope now. I really believe that things are going to get better now. I really believe that we are restoring our lives, our original state of being. With every walk I see that beauty being further and further compounded, if you will.”
According to organizers, this walk will be the first of four major journeys to each of the four sacred moutains of the Diné (Tsoodził, Doo’ko’o’slííd, Dibe Nistáá and Tsisnajini). Through this first walk, organizers reported to have gained a great deal of useful experience for the journeys ahead.
“I’m really excited about [the next walk], knowing that we were capable of it, knowing that it’s not going to be a horrific failure,” says Eldridge. “I really believe that all we need to do is be with the earth after this. This is just the beginning of a whole awakening.”
As the journey began with a focus on women’s leadership and women’s healing, interviewees also ended with this message for their movement.
“I am honored and proud to walk side by side with these true naataanii [leaders], our women, selfless Diné women. This is a walk of healing for our land, our people, our women, our relationships, our mother, in faith to truly restore hozhó. It’s so old it’s new. This is the medicine that is needed and only women can bring it. To see the way our communities live is sobering; fracking, toxic water spills, pollution, tank explosions across the street from an elementary school. It’s time. Our elders need this. Mother Earth needs this. The five fingered nation needs this. It’s not just about Navajos, it’s about all people, all living things, all hands on deck. When women support each other, incredible things happen,” stated Smith.
Hood, a major advocate against the rape epidemics occurring in Indian Country, states, “We are saying no more of this connected violence. Our land is being violenced and that violence is reflected upon or bodies. Whether it’s through sexual abuse due to increased man camps, contamination of breast milk due to toxins, spontaneous miscarriages, children born with developmental delays, those are all ways that violence upon the land directly impacts native women’s bodies. We have to pull back the veil that leads us to believe that this is normal, that this is okay. They say for every one woman abused, we pray four come home and are restored and are healed. May as many women as possible walk with us and receive healing for whatever trauma they may carry, may they be restored simultaneously as our land heals because when we heal, our mother heals and when she heals, we heal.”
Eldridge ended her interview in gratitude: “Tsoodził is the same mountain our people saw when they were returning home from the concentration camp. When I saw it I was just thinking about how uplifted I feel and how positive I feel and how hopeful I feel. And that’s what it feels like to come home.”
---
The next journey is scheduled to begin on March 21st, spring equinox. For more information on Nihígaal Bee Iina, contact nihigaalbeeiina@gmail.com.


NihigaalBeeIinaMntTaylor4-2-2015
LES MARCHEURS NAVAJO SONT ARRIVES AU MONT TAYLOR, BUT DE LEUR VOYAGE
Par Lyla June Johnston
Communiqué de presse
Publié sur Facebook
Et sur Censored News
10 février 2015
Traduction Christine Prat
Le 1er février 2015, les marcheurs de Nihígaal Bee Iina (prononcer ni-hi-gahl beh ii-nah, ce qui signifie « Notre Voyage pour l’Existence » ) ont achevé leur quête, un voyage à pied de 360 km, entreprise au nom de leurs enfants, leur terre et leurs ancêtres. La marche était une commémoration du 150ème anniversaire de la Longue Marche [de 1864] au cours de laquelle 9500 Diné (Navajo) ont été forcés de marcher, à la pointe du fusil, sur des centaines de kilomètres, jusqu’à Bosque Redondo – un camp de concentration où ils sont restés quatre ans. Seulement 7304 d’entre eux ont survécu à l’internement et sont retournés en Diné Tah, la terre d’origine des Navajo. En plus de rendre honneur à la résilience de leurs ancêtres, les marcheurs voulaient aussi faire prendre conscience des problèmes causés par l’extraction de pétrole et de gaz en Diné Tah. Finalement, le groupe a marché sur tout le trajet de Dził Naa’oodiłii (le Mont Huerfano) jusqu’à Tsoodził (le Mont Taylor) en 26 jours, au total 360 km.
NihigaalBeeIina5-2-2015« C’était merveilleux de grimper cette montagne, portant ces prières, de sentir le calme de Tsoodził, et justement ce jour-là, c’était vraiment calme, ensoleillé, étincelant » dit Kooper Curley, un des environs 70 marcheurs qui ont participé à tout le voyage.
« Mon moment préféré de ce voyage, c’est quand j’ai vu cette image de Tsoodził. Çà m’a vraiment fait venir les larmes aux yeux et j’ai pensé « ils ont réussi, ils ont réussi », dit Libby Williams, une Ancienne Diné qui a aidé les marcheurs pendant leur voyage.
« Ils n’arrêtaient pas de chanter ce chant, ‘Shee naashaa’, » dit Enoch Endwarrior d’Albuquerque, au Nouveau-Mexique. « J’ai toujours entendu ce chant, mais je n’avais jamais su ce qu’il voulait dire. J’ai appris que c’était le chant que ceux qui avaient survécu à Hwééldi [‘Le Lieu de Souffrance’, c’est-à-dire Bosque Redondo] ont chanté quand ils ont éclaté de joie, soulagés de quitter cet endroit et de retourner au milieu des quatre montagnes sacrées. De voir le sommet m’a rappelé mon arrière-arrière-arrière-arrière-grand-mère. Elle était une toute petite fille lors de la rafle, puis à Hwééldi. C’était une famille de cinq et seules deux ont survécu – ma grand-mère et sa sœur. Je ne connaîtrai jamais le véritable degré de leur souffrance, mais çà a été un sentiment de joie bouleversant juste de voir le sommet de Tsoodził. Juste de savoir qu’elle en était sortie, qu’elle avait survécu, qu’elle avait tout enduré, juste pour que je puisse voir cela. »

D’après les marcheurs, leur voyage jusqu’à Tsoodził a été plein d’expériences incitant à l’humilité. En cours de route, à Lybrook au Nouveau-Mexique, ils ont parlé avec des enfants dont les écoles avaient dû être fermées à cause de la contamination de l’eau par les puits de pétrole des alentours. Ailleurs, ils ont marché pendant des kilomètres le long d’une file de voitures bloquées par l’explosion d’un réservoir de gaz. Un habitant rencontré leur a dit qu’un meurtre avait eu lieu dans sa famille, il était outré par les sommes d’argent offertes par l’industrie pétrolière. Une jeune femme leur a dit qu’elle ne pouvait plus courir seule le soir à cause des innombrables travailleurs du pétrole et du gazqui sont partout dans la région.
Cheyenne Antonio, une jeune femme de Torreon, au Nouveau-Mexique – au cœur de l’industrie de fracturation hydraulique en pays Diné – s’est jointe aux marcheurs après qu’ils aient rendu visite à sa communauté. « C’était bon que des gens soient enfin venus pour parler réellement de la montée de la violence. On n’en parle presque jamais et il faut qu’on en parle. Il y a beaucoup de violence chez les enfants, chez nos femmes. Une fois que l’argent du pétrole arrive, vous avez une tout autre personne en face de vous. L’argent les contrôle. Et c’est nouveau dans ma vie, de devoir faire face à l’avidité. »
« Il s’agit de s’occuper des problèmes causés par la fracturation hydraulique, l’extraction de charbon et de gaz dans la région de Four Corners, que la NASA peut voir de l’espace » dit Leslynn Begay de Flagstaff, en Arizona. « Quand les gens voient les marcheurs, çà suscite leur intérêt, ils posent des questions et prennent conscience. »
NihigaalBeeIina10-2-2015La vue d’une grande troupe de marcheurs le long de la route a servi de base à de nombreuses discussions et conversations avec les habitants, disent les marcheurs. « Il y avait toujours quelqu’un qui venait demander ‘Pourquoi marchez-vous ?’Même un employé de Peabody est venu dire « je travail à la mine de charbon, mais ce n’est qu’un boulot et je vous soutiens.’ Des choses comme çà remettent tout en perspective. Ces travailleurs, ce ne sont pas seulement des gens, ils font partie de la famille » dit Curley.
Malgré les difficultés continuelles qu’ils rencontraient dans le corridor du pétrole et du gaz de Diné Tah, les marcheurs dirent que chaque jour se terminait sur une note d’espoir.
D’après Kim Smith de St. Michaels, Arizona, « les épreuves rencontrées ont été ce qu’il y a de plus mémorable dans ce voyage. Voir en réalité à quel point les nôtres sont pauvres et écrasés. Mais le plus beau, c’est quand nous leur avons parlé de notre marche de prières, quand nous leur avons dit que nous n’acceptons pas que les seuls emplois pour nous sont dans les champs pétrolifères et les mines de charbon. Çà les a stimulés. C’est ce que font les dirigeants. Et c’est un groupe de gens qui l’a fait. Ce n’était pas une personne, un sauveur venu leur donner cet espoir. C’était un groupe de jeunes. »
Une autre jeune organisatrice, Amber Hood, dit : « L’autre jour un Ancien m’a dit qu’avec ces marches nous insufflons à nouveau la vie dans le Hozhó [l’équilibre intérieur et extérieur] et je pense que c’est absolument correct. Je me suis rendu compte au tiers de la marche que ceci est plus grand que la fracturation, plus grand que le secteur de l’énergie, plus grand que l’extraction de ressources et qu’un gouvernement tribal corrompu. C’est vraiment un voyage de retour vers notre être d’origine, où à chaque marche, et j’espère chaque année où nous le ferons, nous parlons plus couramment notre langue, nous apprenons plus d’histoires sur notre pays et nos ancêtres. Au cours de la prochaine marche, je veux m’occuper de ramener notre herbologie traditionnelle aux marcheurs. »
Au cours de toutes les discussions avec les marcheurs, çà a été un thème récurant : la solution aux malheurs des Diné n’est pas nécessairement de se battre contre ce qu’ils ne veulent pas, mais d’incarner ce qu’ils veulent et retourner au mode de vie traditionnel.
NihigaalHorses5-2-2015« Quand nous étions à Tsoodził aujourd’hui, j’ai senti monter une vague de positivité » dit Dana Eldridge, une des principales organisatrices de la marche. « Nous avons vu beaucoup de mal, de choses horribles pendant notre voyage. Des choses qui font mal physiquement, émotionnellement et mentalement. Mais ce voyage m’a montré que Nihima Nahasdzáán [Notre Mère la Terre] a vraiment le pouvoir de guérir. Etre dehors, marcher dehors, çà vous soulève vraiment. En grimpant la montagne aujourd’hui, c’est tout ce que je sentais. Je ne pensais pas à la négativité. Je ne pensais pas combien toute cette destruction est affreuse. Je pensais seulement que tout est beau et combien je suis reconnaissante et heureuse d’avoir pu faire cette expérience. »
« Je pense que dans notre état d’origine nous étions un peuple d’espoir » dit Hood. « C’est en train de revenir. Il y a un an, bien que nous travaillions très dur pour comprendre ce qui se passe et travaillions avec la communauté, çà semblait sans espoir. J’ai ressenti une certaine forme de paralysie émotionnelle. Et cette marche me donne de l’espoir, maintenant. Je crois vraiment que les choses vont aller mieux. Je crois vraiment que nous reconstruisons nos vies, notre état d’origine. A chaque marche, je vois la beauté s’étendre de plus en plus, si on veut. »
D’après les organisateurs, cette marche était la première de quatre voyages principaux vers chacune des quatre montagnes sacrées des Diné (Tsoodził, Doo’ko’o’słííd, Dibe Nitsáá et Tsisnajini[Mont Taylor au Nouveau-Mexique, San Francisco Peaks en Arizona, Mont Hesperus dans le Colorado, Pic Blanca dans le Colorado]). Par cette première marche, les organisateurs disent avoir acquis beaucoup d’expérience utile pour les voyages à venir.
« Je suis très enthousiaste pour [la prochaine marche], sachant que nous en sommes capables, que ce ne sera pas un terrible échec » dit Eldridge. « Je crois vraiment que tout ce que nous devons faire après cela, c’est d’être avec la terre. Ce n’est que le début d’un réveil général. »
Comme le voyage avait commencé en mettant l’accent sur le rôle dirigeant des femmes et la guérison par les femmes, les personnes interviewées ont conclu leur mouvement par ce message :
« Je suis honorée et fière de marcher côte à côte avec ces vraies naataanii [leaders], nos femmes, des femmes Diné sans ego. C’est une marche de guérison pour notre terre, notre peuple, nos femmes, nos relations, notre mère, avec la confiance dans le fait de rétablir le hozhó [équilibre, harmonie]. C’est si ancien que c’est nouveau. C’est le remède dont on a besoin et seules les femmes peuvent l’apporter. Voir comment nos communautés vivent incite à l’humilité ; la fracturation hydraulique, les fuites d’eau toxique, la pollution, les explosions de réservoirs en face d’une école primaire. Il est temps. Nos Anciens en ont besoin. Notre Mère la Terre en a besoin. La nation aux cinq doigts en a besoin. Çà ne concerne pas seulement les Navajo, çà concerne tout le monde, tout ce qui vit, on a besoin de tout le monde. Quand les femmes se soutiennent, des choses incroyables se produisent » dit Kim Smith.
Amber Hood, une des principales militantes contre les épidémies de viols en Pays Indien dit : « Nous disons non à cette violence qui ne se produit pas par hasard. Notre pays subit la violence et cette violence se voit sur nos corps. Que ce soit les violences sexuelles dues à l’expansion des camps masculins, la contamination du lait maternel par les poisons, les fausses couches, les enfants nés avec des retards de développement, ce sont des façons diverses dont la violence imposée à notre terre touche directement le corps des femmes. Nous devons déchirer le voile qui nous fait croire que c’est normal, que c’est bien comme çà. Il est dit que pour chaque femme agressée, nous prions quatre fois pour le retour chez nous et sommes restaurées dans notre être et guéries. Que le plus de femmes possible marchent avec nous et reçoivent la guérison pour tous les traumatismes qu’elles portent, qu’elles soient restaurées dans leur être simultanément avec la guérison de notre terre, parce que quand nous guérissons, notre mère guérit et quand elle guérit, nous guérissons. »
Eldridge conclut son interview par de la gratitude : « Tsoodził est la montagne que les gens de notre peuple ont vue quand ils sont rentrés chez eux du camp de concentration. Quand je l’ai vue, je pensais combien j’étais exaltée et combien je me sentais positive et pleine d’espoir. Et c’est ce qu’on ressent en rentrant chez soi. »
Le prochain voyage doit commencer le 21 mars, jour de l’équinoxe de printemps. Pour plus d’informations, contacter nihigaalbeeiina@gmail.com

No comments:

Censored News PayPal


Thanks for reading Censored News for the past 10 years! I've depleted all my funds to keep Censored News going. Please donate to help provide Internet access for Censored News! Censored News has no advertising, grants or sponsors, and depends on reader donations! Thank you! Brenda Norrell, PMB 132, 405 E Wetmore Rd, Ste 117, Tucson, Ariz. 85705 brendanorrell@gmail.com