Sunday, March 17, 2013

Red Lake Chippewa: Enbridge pipelines have no contracts on nation land


Red Lake Chippewa Discover Enbridge Tar Sands Pipelines Through Nation-Owned Land Have No Easement Contracts

NoTrespassing

By Tarsands Blockade www.tarsandsblockade.org
For over two weeks now, Nizhawendaamin Inaakiminaan (We Love Our Land) has been occupying land directly above four pipelines across an easement that Enbridge has claimed since 1949 when the company, then called Lakehead Pipe Line Company, installed the first of four pipelines across land owned by the Red Lake Band of Chippewa despite not having an easement from the Red Lake Chippewa Nation. These pipes carry toxic tar sands, Bakken oil, as well as Canadian crude. By threatening the local lakes, these pipes endanger the lives and economic livelihood of Red Lake Band members.


The grassroots group of Red Lake Chippewa and Anishinaabe Indians is joined by blockaders and solidarity activists determined to shut down the pipelines, hold Enbridge to account for stealing land, and protest Enbridge’s proposed expansion of the nearby Alberta Clipper toxic tar sands pipeline.
Located in Northern Minnesota near the town of Leonard, the occupation of the Red Lake land began Thursday, February 28. Requests to Enbridge regarding internal safety regulations related to above-ground activity over their pipelines resulted in a spokesperson claiming that activity such as fires and the construction of permanent structures like fences and houses would result in a pipeline needing to be shut down as documented in this viral video:
Similar encampments, like the Unist’ot’en Camp, have been springing up across the continent to fight the fossil fuel industry and stop the destruction of sacred lands in the pursuit of ever-more dangerous and destructive fossil fuel resources. Indeed, the pipeline industry would be hard pressed to imagine a tougher time in which to be doing business.
Indigenous resistance to tar sands pipelines in the region dates back to 2009 when Enbridge’s Alberta Clipper tar sands line was run through Leech Lake and Fond du Lac Anishinaabe reservations. The pipeline was only saved by technicalities in tribal law that led a judge to dismiss the case against the decision by elected officials to contract with Enbridge.
Enbridge is currently in the process of seeking approval to nearly double the capacity of the nearby Alberta Clipper toxic tar sands pipeline from its current 440,000 barrels per day up to 800,000 bpd. Not only will the Red Lake action take four pipelines offline, it is also setting precedent that pipeline expansion will not be tolerated! Not only that, but shutting down the illegal Enbridge pipelines may prevent millions of barrels of dirty tar sands from reaching market.
Now, with a decisively bold move and the backing of large constituencies of Red Lake Band members due to years of local community self-education, Nizhawendaamin Inaakiminaan might well set the first example of a tar sands line being forced to shut down permanently due to protest after it has been operational!
“When I was informed about the illegal trespassing of the company Enbridge on my homeland, I knew there was something I could do. I started calling as many Red Lakers as I could to try and make them aware,” said Angie Palacio who initiated the encampment with the support of the Indigenous Environmental Network.
RLBmap
Support for their efforts has been pouring in from many nations and groups:
Tom Poorbear, vice president of the Ogalala Sioux Nation declared, “We fully support the Red Lake Nation and its members who are opposing the Enbridge pipeline to stop the flow and remove the illegal pipeline from their land.”
Bill McKibben, founder of 350.org has stated, “I imagine everyone involved in the planetwide resistance to fossil fuel is watching them with thanks.”
Chief Bill Erasmus of the Dene First Nation stated, “We fully support and are inspired by the Red Lake members and their resistance as it is stated in the Mother Earth Accord; affirming our responsibility to protect and preserve for our descendents, the inherent sovereign rights of our indigenous nations, the rights of property owners, and all inherent human rights.”
Enbridge, of course, is a major player in the toxic tar sands pipeline saga being responsible for the costliest onshore petrochemical spill in US history. On July 25, 2010 a tar sands/diluted bitumen spill from Enbridge’s 6B pipeline near Marshall, Michigan that resulted in the release of over a million gallons of toxic tar sands/diluted bitumen and a permanently contaminated 40-mile stretch of the Kalamazoo River along well as several tributaries. There have been hundreds of health problems associated with exposure to the tar sands chemicals and since the spill several deaths have been attributed to the sudden exposure. These chemicals immediately begin evaporating upon release and are heavier than air, forming a toxic cloud at ground-level that is practically inescapable.
Clear after the spill was the complete lack of understanding Enbridge and US Federal oil spill response teams had in how to clean up a tar sands/diluted bitumen spill. Diluted bitumen is not crude oil and therefore does not behave like crude oil upon release. There are still no established cleanup protocols and emergency first responders in regions like Texas and Oklahoma, where the 750,000 barrels per day Keystone XL pipeline is proposed to traverse by the end of 2013, have never been informed or warned as to how to manage the extremely toxic diluted bitumen spills common to the tar sands industry.
Communities in the immediate vicinity of the devastating spill are still reeling and are showing little to no signs of recovery – biological or economic.
Nizhawendaamin Inaakiminaan is well aware of these happenings and has taken one of the most exciting steps to rid their territory of the threat to community health and safety that tar sands pipelines pose.
They are accepting donations to assist in the purchase of building and life-sustaining materials here:
https://www.wepay.com/donations/enbridgeblockade
Please donate if you can.




LES CHIPPEWA DE RED LAKE DECOUVRENT QUE LA COMPAGNIE ENBRIDGE N’A PAS DE CONTRATS DE SERVITUDE POUR SES OLEODUCS TRANSPORTANT LES SABLES BITUMINEUX A TRAVERS UN TERRITOIRE DONT LEUR NATION EST PROPRIETAIRE

Par Tar Sands Blockade
Publié aussi sur Censored News
See original article in English on Tarsands site or on Censored News
16 mars 2013
Traduction Christine Prat
Depuis plus de deux semaines, Nizhawendaamin Inaakiminaan (Nous Aimons Notre Terre) occupe un terrain situé juste au dessus de quatre oléoducs qui traversent une portion de territoire pour laquelle Enbridge prétend avoir un contrat de servitude depuis 1949, époque à laquelle la compagnie, alors appelée Lakehead Pipe Line Company, a installé les quatre premiers oléoducs traversant un territoire dont la Bande Chippewa de Red Lake est propriétaire, alors qu’elle n’a jamais eu de contrat de servitude avec la Nation Chippewa de Red Lake. Ces tuyaux transportent les dangereux sables bitumineux, du pétrole de Bakken, et du brut canadien. En menaçant les lacs des environs, ces tuyaux mettent en danger la vie et les ressources économiques des membres de la Bande de Red Lake.
Le groupe de base de Chippewa de Red Lake et d’Indiens Anishinaabe a été rejoint par des activistes et des gens solidaires déterminés a faire fermer les oléoducs, demander des comptes à Enbridge pour vol de territoire et protester contre le projet d’Enbridge de prolonger l’oléoduc Alberta Clipper qui transporte du pétrole de sables bitumineux toxique. L’occupation du territoire appartenant à Red Lake, situé dans le nord du Minnesota près de la ville de Leonard, a commencé jeudi 28 février. Des demandes adressées à Enbridge au sujet des règles de sécurité appliquées aux activités ayant lieu au-dessus de leurs oléoducs ont amené un porte-parole à déclarer que des activités telles que faire du feu et construire des structures permanentes comme des clôtures ou des maisons obligeraient à fermer les oléoducs.
Des campements similaires, comme le Camp Unist’ot’en, sont apparus un peu partout sur le continent pour combattre l’industrie de l’énergie fossile et arrêter la destruction de terres sacrées dans la course toujours plus dangereuse et toujours plus destructive aux sources d’énergie fossiles. L’industrie des pipelines aurait du mal à imaginer une époque plus dure pour faire ses affaires.
La résistance Autochtone aux oléoducs transportant des sables bitumineux dans la région date de 2009, quand l’Alberta Clipper d’Enbridge a été prolongé pour traverser les Réserves Anishinaabe de Leech Lake et Fond du Lac. L’oléoduc a été sauvé par des subtilités juridiques de la loi tribale qui ont amené le juge à classer l’affaire intentée contre la décision d’officiels élus de signer un contrat avec Enbridge.
Enbridge cherche actuellement à obtenir l’autorisation de presque doubler la capacité actuelle de l’Alberta Clipper de 440 000 barils par jour à 800 000. Non seulement l’action de Red Lake interrompt l’activité de quatre oléoducs, mais elle crée un précédent, affirmant que l’extension des oléoducs ne sera pas tolérée ! En plus, en faisant fermer les oléoducs illégaux d’Enbridge, elle pourrait empêcher des millions de barils de sables bitumineux polluants d’arriver sur le marché.
Maintenant, par une action décisive et audacieuse et le large soutien de membres de la Bande de Red Lake, grâce à des années d’auto éducation de la communauté, Nizhawendaamin Inaakiminaan pourrait bien être le premier exemple d’une ligne de transport de sables bitumineux forcée de fermer définitivement à cause de protestations, après avoir été opérationnelle !
« Quand j’ai été informée de l’intrusion illégale de la société Enbridge sur ma terre natale, j’ai compris que je pouvais faire quelque chose. J’ai téléphoné à autant de résidents de Red Lake que j’ai pu et les ai informés » dit Angie Palacio qui a été à l’origine du campement avec le soutien d’Indigenous Environmental Network.
Ils ont reçu énormément de soutien de nombreuses nations et de nombreux groupes :
Tom Poor Bear, vice-président de la Nation Sioux Oglala a déclaré « Nous soutenons sans réserve la Nation de Red Lake et ses membres qui s’opposent à l’oléoduc d’Enbridge pour arrêter son cours et faire supprimer ce tuyau illégal de leur territoire. »
Bill McKibben, fondateur de 350.org a déclaré « J’imagine que tous ceux qui, sur la planète, résistent aux carburants fossiles, suivent leur action avec gratitude. »
Le Chef Bill Erasmus de la Première Nation Dene a déclaré « Nous soutenons totalement les membres de Red Lake et leur résistance conforme à l’Accord pour Notre Mère la Terre, et nous nous inspirons d’eux, affirmant notre responsabilité de protéger et préserver pour nos descendants les droits souverains intrinsèques de nos nations autochtones, les droits des propriétaires et tous les droits humains inhérents. »
Bien entendu, Enbridge est un acteur-clé de la saga des oléoducs transportant les sables bitumineux toxiques, responsable de la pire fuite pétrochimique terrestre de l’histoire des Etats-Unis. Le 25 juillet 2010, une fuite de bitume dilué de l’oléoduc d’Enbridge 6B, près de Marshall, dans le Michigan, s’est traduite par le déversement de plus quatre millions de litres de bitume dilué toxique et a pollué définitivement 64 km de la Rivière Kalamazoo et quelques affluents. Il y a eu des centaines de problèmes de santé associés à la contamination par les produits chimiques contenus dans les sables bitumineux et depuis la fuite, il y a eu plusieurs cas de décès qui y ont été attribués. Ces produits chimiques se sont immédiatement évaporés, et, comme ils sont plus lourds que l’air, ont formé un nuage toxique au niveau du sol, ce à quoi il est pratiquement impossible d’échapper.
Après la fuite, il s’est avéré clairement qu’Enbridge et les équipes du gouvernement fédéral des Etats-Unis n’avaient aucune connaissance de la façon de nettoyer le bitume dilué résultant d’une fuite accidentelle. Le bitume dilué n’est pas du pétrole brut et ne se comporte pas de la même façon. Il n’y a toujours pas de protocoles de nettoyage clairs et les membres des équipes de première urgence dans des régions comme le Texas et l’Oklahoma, où l’oléoduc Keystone XL doit transporter 750 000 barils par jour s’il les traverse comme c’est prévu fin 2013, n’ont jamais été informés sur la façon de réagir à des fuites de bitume dilué extrêmement toxique, fuites très courantes dans l’industrie des sables bitumineux. Les communautés vivant à proximité de la fuite désastreuse sont toujours sous le choc et ne présentent pas – ou peu – de signes de rétablissement, que ce soit sur le plan biologique ou économique.
Nizhawendaamin Inaakiminaan a parfaitement conscience de ces évènements et a entrepris l’une des actions les plus enthousiasmantes pour débarrasser son territoire de la menace posée à la santé et la sécurité de la communauté par les oléoducs transportant le pétrole de sables bitumineux.

No comments:

Censored News PayPal



Censored News depends on reader donations for live coverage. brendanorrell@gmail.com

Censored News Copyrights

Copyrights of Censored News content are maintained by all writers, photographers and anyone whose work appears on Censored News. No content may be used without permission. No content may be used in any revenue scheme. brendanorrell@gmail.com