Tuesday, August 11, 2015

Navajo President: EPA will be accountable for toxic river spill


President Russell Begaye and Jonathan Nez hiking up to the Gold King Mine where the initial reported release from U.S. EPA was 1 million gallons and was confirmed yesterday, that number is over 3 million gallons and may never be known the actual amount of release.
President Begaye announces U.S. EPA will be 
accountable for toxic spill

Statement by Navajo President Russell Begaye
Censored News
Also see: Breaking news articles at Google News on spill
English with French translation

WINDOW ROCK, Ariz.—Navajo Nation President Russell Begaye announced that he intends to take legal action against the U.S. Environmental Protection Agency for the massive release of mine waste into the Animas River near Silverton, Colorado.
President Begaye made this announcement Saturday evening at the Shiprock Chapter House, which was packed to capacity with concerned community members living along the San Juan River.
“They are not going to get away with this,” President Begaye said of the destructive impact to natural habitats and ecosystems that traditional Navajo culture relies on.
He said the sludge has migrated into the San Juan River and is wending through the Navajo Nation. The plume is expected to reach Lake Powell by Wednesday.
President Begaye said, “The EPA was right in the middle of the disaster and we intend to make sure the Navajo Nation recovers every dollar it spends cleaning up this mess and every dollar it loses as a result of injuries to our precious Navajo natural resources.”
“I have instructed Navajo Nation Department of Justice to take immediate action against the EPA to the fullest extent of the law to protect Navajo families and resources,” he added.
“The EPA also needs to fund an independent lab onsite for real time monitoring of chemicals that may migrate into our irrigation or public water system,” said President Begaye.
Stories of struggle and survival
The chapter members were very appreciative that President Begaye and Vice President Jonathan Nez met with them in this moment of crisis as the plume of contamination approached their community.
The community shared their stories of struggle and survival along the river and underscored just how important farming and ranching is to their way of life and the economy of the region.
Shiprock is one of the largest farming communities on the Nation and it relies heavily upon irrigation from the San Juan to supply its many farms with water.
Navajo EPA will be conducting independent tests on the water and sediment quality and the Nation will utilize the data that is gathered for their own investigation on the contamination. The plume is estimated to be traveling at four miles per hour.
Harlan Cleveland of Navajo Nation Department of Emergency Management said the contaminated water plume reached Farmington at 8:10 a.m. on August 8 and joined the San Juan River.
The plume is more than 80 miles long.
Several communities have stopped pumping water from the river and San Juan County has issued an emergency declaration and closed the river until further notice.
Rex Koontz, deputy general manager of Navajo Tribal Utility Authority, stated in a press release that NTUA water systems from Farmington to Beclabito are “fed from a different system isolated from the San Juan River.”
The Navajo Nation irrigation systems ceased pulling water from the river earlier this week.
San Juan River is their Lifeline
President Begaye said the U.S. EPA must provide affected tribal members water for drinking, irrigation, and livestock. In addition, hay and feed will also be needed for livestock.
“The San Juan River is their lifeline. We want full disclosure on what chemicals were released into the river. We understand cleanup will take decades. We demand cleanup of this water and the sediments of our affected rivers immediately,” President Begaye said.
Navajo farmers pumped water for their cattle, sheep and horses. Others fished the river and explored it recreationally.
“We’re not talking about a small population or area like Farmington. We have Navajo families affected from Upper Fruitland all the way to Lake Powell,” President Begaye said.
The Navajo Nation is larger than 10 U.S. states and is the size of West Virginia. The San Juan River courses through much of the northern region of the Nation and feeds into the Colorado River, which also traverses the vast tribal territory.
Childhood memories of contamination
During his childhood, President Begaye lived along the banks of the San Juan River. One year, he remembered the fish were dying and floating to the surface. He jumped into the river with others to investigate further.
“The river smelled for weeks. Fish were dying along the riverbank. No one ever told us what happened, how the fish died or if it would impact our health years later. To this day, nobody told us. That will not happen this time,” President Begaye said.
Update:
Navajo President Russell Begaye said, "We will overcome this tragedy, I have declared a state of emergency and deployed Navajo Nation resources to take on this sludge moving through our Great and Beautiful Navajo Nation. I also called upon President Obama and our Congressional Representatives to immediately appropriate emergency funds to meet the immediate needs of our People such as drinking water, animal feed, and clean irrigation water.
Thank you to all the Navajo Nation personnel on the frontline working tirelessly to protect our people, our water and our land. Continue to pray, take care of each other and we will sustain."


French translation by Christine Prat
Le 5 août dernier, des millions de litres d’eau très toxique, provenant d’une ancienne mine d’or abandonnée depuis longtemps, se sont déversés dans la rivière Animas, près de Silverton, dans l’état du Colorado. Depuis, la nappe toxique a atteint la rivière San Juan, dans laquelle se jette l’Animas, près de Farmington, au Nouveau-Mexique. On estimait qu’elle devait atteindre le Lac Powell, et donc le Fleuve Colorado, ce mercredi. La rivière San Juan et le Colorado traversent une grande partie de la Réserve Navajo et l’eau est beaucoup utilisée pour l’irrigation et faire boire le bétail. Ce sont des employés de l’Agence Fédérale de Protection de l’Environnement (!!!) qui ont causé la fuite ‘accidentellement’ (les Navajo préfèrent dire ‘par négligence’) lors d’une inspection. Le bassin contenant les produits toxiques était fait de terre recouverte d’une bâche de plastique. La nappe toxique contient de fortes concentrations d’arsenic, de plomb, de cadmium et autres métaux lourds. L’Agence de Protection de l’Environnement (EPA) tente pour l’instant de minimiser la gravité de la situation, arguant de ce que le courant est trop fort pour que les produits toxiques aient le temps de causer de gros dégâts, et que vraisemblablement les métaux lourds se dilueront et ne poseront pas de problèmes à long terme. Bien entendu, les habitants ne le croient pas. (L’EPA a attendu 24 heures avant de signaler l’accident, elle a d’abord prétendu qu’1 million de gallons étaient répandus, en fait c’était 3 millions, c’est-à-dire plus de 11 millions de litres).
Christine Prat


Le Président Russell Begaye et le vice Président Jonathan Nez se rendent sur les lieus du désastre.

Le Président Begaye annonce que l’Agence de Protection de l’Environnement (EPA) des Etats-Unis devra rendre des comptes pour le déversement de produits toxiques
Déclaration du Président Navajo Russell Begaye
Publiée sur Censored News
11 août 2015
Voir aussi la liste des articles sur le désastre référencés sur Google News
Traduction Christine Prat
WINDOW ROCK, Arizona – Le Président de la Nation Navajo, Russell Begaye a annoncé son intention d’entamer une action légale contre l’Agence de Protection de l’Environnement des Etats-Unis pour le déversement massif de déchets miniers dans la rivière Animas près de Silverton, dans le Colorado.
Le Président Begaye a fait cette annonce samedi soir au Siège du Chapitre de Shiprock, bondé, devant des membres de la communauté inquiets vivant le long de la rivière San Juan.
« Ils ne s’en tireront pas comme çà » dit le Président Begaye à propos des effets destructeurs sur les habitats naturels et les écosystèmes sur lesquels repose la culture traditionnelle Navajo.
Il dit que la boue avait atteint la rivière San Juan et progressait à travers la Nation Navajo. On s’attendait à ce que la nappe toxique atteigne le Lac Powell ce mercredi.
Le Président Begaye dit : « L’EPA était au centre du désastre et nous avons l’intention de nous assurer que la Nation Navajo récupère chaque dollar dépensé pour nettoyer ce bourbier et chaque dollar perdu à cause des dégâts causés à nos précieuses ressources naturelles Navajo. »
« J’ai donné des instructions à la Justice Navajo pour agir immédiatement contre l’EPA jusqu’aux limites permises par la loi, pour protéger les familles et les ressources Navajo » ajouta t’il.
« L’EPA doit aussi financer un laboratoire indépendant sur place pour contrôler en temps réel les produits chimiques qui peuvent atteindre notre système d’irrigation et notre réseau d’eau publique » dit le Président Begaye.
Histoires de lutte et de survie
Les habitants du Chapitre ont beaucoup apprécié que le Président Begaye et le Vice Président Jonathan Nez viennent les rencontrer en ce moment de crise, alors que la nappe de pollution approche de leur communauté.
Les habitants ont raconté leurs histoires de lutte et de survie le long de la rivière et ont souligné combien l’agriculture et l’élevage sont importants pour leur mode de vie et l’économie de la région.
Shiprock est une des plus grandes communautés agricoles de la Nation et dépend fortement de l’irrigation de la rivière San Juan pour fournir de l’eau aux nombreuses fermes.
L’EPA Navajo effectuera des tests indépendants sur la qualité de l’eau et des sédiments et la Nation utilisera les informations recueillies pour sa propre enquête sur la contamination. On estime que la nappe toxique se déplace à plus de 6 km à l’heure.
Harlan Cleveland, du Service Navajo de Gestion des Crises, dit que la nappe avait atteint Farmington (Nouveau-Mexique) à 8h10 du matin le 8 août à la jonction avec la rivière San Juan.
La nappe fait environs 130 km de long.
Plusieurs communautés ont arrêté de pomper de l’eau de la rivière et le Comté de San Juan a publié une déclaration d’urgence et fermé la rivière jusqu’à nouvel ordre.
Rex Koontz, vice directeur général des Services Publiques Tribaux Navajo, a déclaré dans un communiqué de presse que les réseaux d’eau de Farmington à Beclabito sont « alimentés par un réseau différent, isolé de la rivière San Juan. »
Les systèmes d’irrigation de la Nation Navajo ont cessé de pomper de l’eau de la rivière en début de semaine.
La rivière San Juan est leur Ligne de Vie.
Le Président Begaye a dit que l’EPA des Etats-Unis devait fournir aux membres de la Tribu affectés, de l’eau potable, de l’eau pour l’irrigation et pour le bétail. De plus, on aura aussi besoin de foin et de nourriture pour le bétail.
« La rivière San Juan est leur ligne de vie. Nous voulons toute la vérité sur quels produits chimiques se sont déversés dans la rivière. Nous avons entendu dire que le nettoyage prendrait des décennies. Nous exigeons que cette eau et les sédiments de nos rivières soient nettoyés immédiatement » dit le Président Begaye.
Les fermiers Navajo pompaient de l’eau pour leur bétail, leurs moutons et leurs chevaux. D’autres pêchaient dans la rivière ou s’y rendaient pour leurs loisirs.
« Il ne s’agit pas d’un petit nombre d’habitants ou d’une zone comme Farmington. Nous avons des familles Navajo affectées d’Upper Fruitland jusqu’au Lac Powell » dit le Président Begaye.
La Nation Navajo est plus vaste que 10 états américains et de la taille de la Virginie Occidentale[pour les Européens : de la taille de la Belgique – NdT]. La rivière San Juan traverse une grande partie de la région nord de la Nation et se jette dans le Fleuve Colorado, qui traverse aussi une grande partie du territoire tribal.
Souvenirs d’enfance de pollution
Pendant son enfance, le Président Begaye a vécu sur les berges de la rivière San Juan. Il se souvient qu’une année les poissons mouraient et flottaient à la surface. Il a plongé dans la rivière avec d’autres pour essayer de savoir ce qui se passait.
« La rivière a senti mauvais pendant des semaines. Les poissons mouraient le long de la berge. Personne ne nous a dit ce qui s’était passé, comment les poissons étaient morts ou si çà aurait des effets sur notre santé plus tard. A ce jour, personne ne nous a rien dit. Çà n’arrivera pas cette fois-ci » dit le Président Begaye.
Mise à jour :
Le Président Navajo Russell Begaye a déclaré : « Nous vaincrons cette tragédie, j’ai déclaré l’état d’urgence et déployé les ressources de la Nation Navajo pour attaquer cette boue qui se déplace à travers notre Grande et Belle Nation Navajo. J’ai aussi demandé au Président Obama et à nos Représentants au Congrès d’attribuer immédiatement des fonds d’urgence pour satisfaire aux besoins immédiats de notre Peuple, tels que de l’eau potable, de la nourriture pour les animaux et de l’eau propre pour l’irrigation.

No comments:

Censored News PayPal



Censored News depends on reader donations for live coverage. brendanorrell@gmail.com

Censored News Copyrights

Copyrights of Censored News content are maintained by all writers, photographers and anyone whose work appears on Censored News. No content may be used without permission. No content may be used in any revenue scheme. brendanorrell@gmail.com