Tuesday, August 25, 2015

Urgent Update from Big Mountain, Bahe's SheepDog Media with BMIS

Update from Big Mountain, Bahe's SheepDog Media

By NaBahii Keediniihii
Censored News

Date: Aug 25, 2015 2:28 PM
French translation by Christine Prat

 R  G  E  N  T     U  P  D  A  T  E
August 25, 2015
Excessive Laws to Livestock Confiscation at Big Mountain on Black Mesa
We all have to live with regulations whether we live in the urban or rural areas, and permits may apply as to how many pets we should have to how much livestock we can range. What the Hopi tribe is up to is also like any county/state authority that regulate ranching particularly involving horses and cattle. This current situation in Big Mountain involves, in part, the Hopi rangers doing their annual livestock assessment, however for the Dineh sheep and goat herders, it is unique because it involves culture and identity. It is also important to understand that because of this unique factor, Dineh (Navajos) are attempting to resist this 'range management' practices just as they have resisted the relocation program. The BIA Police and tribal rangers have reoriented their livestock confiscation approaches against these Dineh. There is now a standby alert system to agency-wide, Special Operation Services and this makes the enforcement more excessive.    
These Dineh resisters to a federal mandatory, relocation law have been subjected to livestock count and impoundments this past week and more are expected to continue, perhaps into next month. Livestock counts and impoundments are used also as a tool to harass, demoralize, terminate the economic and cultural backbone, monitor family home site activities, and to pressure all Dineh to vacate their ancestral homelands. 
Eventually this policy of force removal will not create new Hopi lands as the Law states, but it makes way for Peabody Coal Company to expand and exploit the remaining coal deposits. Peabody's role here is major as compared to all other natural resource extraction in Arizona, it is a long term multinational corporate investment that extends to 2055-60. The now 50 year old mining leases at Black Mesa has nearly exhausted its operation and Peabody hopes to expand new lease areas into the still, culturally-intact, Big Mountain region.   
After the specially targeted, excessive force used by the BIA - Hopi police during fall of 2015 animal confiscations, resident herders were not only left uneasy but some did not have the $1000 to $2000 to get their animals back. One traditional woman in her 90s lost her whole herd and was so dramatized that she asked the government to help her relocate. Her neighbor, a traditional man who intervened during that impoundment, was arrested, and he was finally acquitted this summer after an agonizing period of distance travels for court appearances, attorney and court fees, not having transportation, and never being provided a translator. Other traditional herders holding grazing permits lost about 85 percent of their herds, and were recently intimidated and told they are again over the limits. The rest of the herders are still uneasy and knowing they are listed for an invasion, a method of genocide: to exterminate the means of food, medicinal and material, economic and cultural resources. This is the reason why volunteer human rights observers are needed. 
There a few Dineh elders resisters that have withheld their sovereign and ancient obligations to their sacred Mountain Soil Bundle which is believed to represent the complete authority over animal husbandry, sustainable and eco-conscious live styles, farming, and rituals. The federal, both tribal and state, consider these particular resisters as 'extremist' and trespassers. These traditional resisters have refused to get 'legal' permits or temporary resident status. Pauline Whitesinger who passed away in 2014 was just one of those hardcore resister and leader. Rena Babbit Lane is still remaining strong as one of the last true sovereign Indian, and just this week she was told to be prepared for that BIA invasion to confiscate her animals. Her son, Jerry, is the one that was just acquitted. Grandma Rena is in her 90s, and it is unimaginable how a grandma this old, who withholds much wisdom, a soft spoken and kind individual be tortured further. Does this country, the U.S. and its fossil fuel addicted citizens, truly believe in destroying all earth based humans in order to control global real estates and the electrical power grids?  
A few voices from the land:
This recent attack happened on the 152nd anniversary of the start of the US Army's scorch the earth policy against the Dineh, in which a bounty was placed on all 'Navajo' livestock in an attempt to starve them into submission, and resulted in the massive forced relocation, known as the Long Walk. Big Mountain elder, John Katenay's story, "My great grandmother told us that she was just little (1863) when they hid in the thick woods because the army came upon them. They couldn't escape with the herd, but they could only listen as the soldiers cut open the bellies of live goats, goats wailed as soldiers laughed, and as her mother cried..."
"We are in a battleground, the endless battleground of the Partitioned Lands. This is the front of the line and when it comes, your family there is no yes or no, you have to stand up for your family and your relatives. This is what I was taught. The past was never really forgotten of the way the U.S. Government treated my people. It is still going on, it is still alive. We will fight- not with violence or armor, but with the old ways.  This is a stand for people to know who we are and how we live as Dineh."--Gerald Blackrock, October 2014.
"They came as before like having no mercy, they counted the sheep and goats. One of the police filled out sheets of paper and I was given a copy. Their interpreter simply told me 'your herd is over the limit again!' They did not say how much is over nor suggested to me anything about how to reduce it to the limit. They did not want any conversation and they all left. After that, I heard that one of my cousins, Ruby, got her sheep impounded but they were able to get most of them back. They probably had to pay a lot of money in order to get them back. The BIA Hopi land agency just want the money, and this is how we are force to give them monies every year!" –Etta Begay, August 20, 2015

Dineh residents in resistance however are made to be voiceless and nonexistent, and are again asking world citizens to demand an immediate halt to this forced, herd reductions and that the relocation law be repealed so that, they be recognized as true determined group of peoples and to be allowed to remain with any cultural content that are retrievable including the said ancestral lands.  Please, call the numbers below to demand a moratorium on the impoundments of Dineh livestock and the nullification of P.L. 93-531, a law too expensive for taxpayers and that was created under debunked circumstances. Also email blackmesais@gmail.com to find out more about the human rights observation and the volunteer home-stay sheepherding program.

--writers: Tree with Black Mesa Indigenous Support, and Kat with SheepDogNation Media, August 2015.

- - - - - - - - - - - - - - - 
Call to Action:
-      -  Participate in community organizing geared toward sustainability, Peace, stopping militarization, Indigenous sovereign rights and protecting sacred sites, then join vigils or marches at federal buildings by showing your support for Dineh elders: "U.S. Peabody Out of Big Mountain!"
-       - Donate funds here, to Black Mesa Indigenous Support which facilitates networks and on land support. So, come out to herd sheep and monitor human rights violations (email blackmesais@gmail.com)

-       - Support Native Resistance and the endangered indigenous ways. ***Share, forward this request far and wide! 
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
•   The BIA superintendent Wendel Honanie at (928-738-2228),
•   Hopi Chairman Herman G. Honanie,  Email: hehonanie@hopi.nsn.us, Phone: (928) 734-3102
•   The Hopi Rangers Clayton Honyumptewa at (928-734-3601),
•   The Department of Interior at  (602-379-6600)

Par NaBahii Keediniihii
Publié sur Censored News (in English)
25 août 2015
Traduction Christine Prat
25 août 2015
Lois excessives sur la Confiscation du bétail à Big Mountain sur Black Mesa
Nous devons tous vivre avec des règles, que nous soyons en milieu urbain ou rural, et les permis peuvent aller du nombre d’animaux de compagnie que nous pouvons avoir à la quantité de bétail que nous pouvons faire paître. Ce que fait la Tribu Hopi est semblable à ce que fait n’importe quelle autorité de comté/état, qui établit des règles sur l’élevage, particulièrement celui des chevaux et du bétail. La situation actuelle à Big Mountain concerne, en partie, le fait que les Rangers Hopi effectuent leur évaluation annuelle du bétail, alors que cependant, pour bergers et chevriers Diné, c’est exceptionnel parce que çà concerne la culture et l’identité. Il est aussi important de comprendre qu’à cause de ce facteur unique, les Diné essaient de résister à ces pratiques de ‘gestion des pâturages’ tout comme ils ont résisté au programme de déportation.
La Police du Bureau des Affaires Indiennes (BIA) et les rangers tribaux ont réorienté leur politique de confiscation de bétail contre ces Diné. Il y a maintenant un système d’alerte relié aux Services d’Opérations Spéciales de toute l’administration et çà rend l’application des règles plus excessive.
Ces Diné qui ont résisté à une loi de déportation fédérale et sans appel, ont été soumis la semaine dernière à un comptage du bétail et des saisies et on s’attend à ce que çà continue, peut-être jusqu’au mois prochain. Le comptage du bétail et les saisies sont aussi utilisés comme moyen de harceler, démoraliser, détruire la base économique et culturelle, surveiller les activités effectuées dans les maisons familiales, et mettre la pression sur tous les Diné pour les pousser à quitter leurs terres ancestrales.
Au final, cette politique de déportation forcée ne créera pas de nouvelles terres Hopi comme le dit la Loi, mais çà fera de la place pour que la firme Peabody Coal puisse s’étendre et exploiter les derniers restes de charbon. Ici, le rôle de Peabody est essentiel, comparé à toutes les autres exploitations minières en Arizona, c’est un investissement multinational à long terme, jusqu’aux années 2055-60. Les vieux contrats miniers d’il y a 50 ans sur Black Mesa ont maintenant presque épuisé leurs ressources et Peabody espère étendre géographiquement de nouveaux contrats dans la région culturellement intacte de Big Mountain.
Après les attaques ciblées et la force exagérée utilisée pour la confiscation d’animaux par le BIA et la police Hopi à l’automne 2014, les bergers résidents ont non seulement été laissés dans la gêne, mais certains n’avaient pas les 1000 ou 2000 dollars exigés pour la restitution de leurs animaux. Une femme traditionnelle, âgée de plus de 90 ans, a perdu tout son troupeau et s’est retrouvée dans une situation tellement dramatique qu’elle a demandé au gouvernement de l’aider à déménager. Son voisin, une homme traditionnel qui était intervenu pendant la saisie, a été arrêté et finalement acquitté cet été, après toute une période angoissante de longs voyages pour comparaitre au tribunal, de frais d’avocat et de justice, alors qu’il n’avait pas de moyen de transport et n’a jamais été assisté par un interprète. D’autres bergers traditionnels qui avaient des permis de pâturage, ont perdu 85% de leurs troupeaux, et ont été récemment victimes d’intimidations et appris qu’ils étaient à nouveau au-dessus du quota. Le reste des bergers se sentent mal à l’aise, sachant qu’une invasion contre eux est prévue, une sorte de génocide : exterminer ce qui constitue les moyens de se nourrir, et les ressources médicinales et matérielles, économiques et culturelles. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin d’observateurs des droits de l’homme bénévoles.
Il y a quelques résistants Diné âgés qui ont maintenu leurs obligations souveraines et anciennes vis-à-vis de leur Sac de Terre de la Montagne qui selon la croyance représente leur autorité complète sur les soins aux animaux, des styles de vie durables et conscients de l’écologie, l’agriculture et les rites. Les autorités fédérales, tribales ou de l’état, considèrent ces résistants comme des ‘extrémistes’ et des ‘contrevenants’. Ces résistants traditionnels ont refusé d’obtenir des permis ‘légaux’ ou le statut de résident temporaire. Pauline Whitesinger, décédée en 2014, était une de ces résistants et leaders du noyau dur. Rena Babbit Lane est toujours ferme en tant que l’une des derniers vrai Indiens souverains, et cette semaine, elle a été prévenue qu’elle devait se préparer pour une invasion du BIA visant à confisquer ses animaux. Son fils, Jerry, fait partie de ceux qui viennent d’être acquittés. La grand-mère Rena a passé 90 ans, et c’est inimaginable qu’une grand-mère de cet âge, avec tant de sagesse, tant de gentillesse, puisse continuer à être torturée. Est-ce que ce pays, les Etats-Unis et ses citoyens accros au carburant fossile, croient vraiment en la destruction de tous les humains attachés à la terre, afin de contrôler la propriété privée globale et les réseaux d’électricité ?
Quelques voix de la région:
Cette récente attaque a eu lieu pour le 152ème anniversaire de début de la stratégie de la terre brûlée de l’armée américaine contre les Diné, au cours de laquelle tout le bétail ‘Navajo’ a été mis à prix, dans une tentative de les forcer à se soumettre par la famine, et qui a résulté dans une déportation de masse connue comme ‘La Longue Marche’. L’histoire d’un Ancien de Big Mountain, John Katenay : « Mon arrière grand-mère nous a raconté qu’elle était toute petite (1863) quand ils ont dû se cacher derrière des buissons épais parce que l’armée arrivait. Ils n’ont pas pu s’échapper avec le troupeau, ils ne pouvaient qu’écouter les soldats qui éventraient les chèvres, les chèvres qui gémissaient alors que les soldats riaient, et que sa mère pleurait… »
« Nous sommes sur un champs de bataille, le champs de bataille infini des Terres Divisées. C’est la ligne de front et quand çà arrive, il n’y a pas de choix, vous devez être pour votre famille et vos parents. C’est ce qu’on m’a appris. Le passé n’a jamais été vraiment oublié, jamais oubliée la façon dont le Gouvernement des Etats-Unis a traité mon peuple. Çà continue, c’est toujours vivant. Nous nous battrons – pas avec de la violence ou des armes, mais selon les vieilles méthodes. C’est une position pour faire savoir aux gens qui nous sommes et comment nous vivons en tant que Diné. » – Gerald Blackrock, octobre 2014.
« Ils sont venus comme avant, impitoyables, ils ont compté les moutons et les chèvres. Un des policiers a rempli des pages et m’en a donné une copie. Leur interprète m’a dit simplement ‘votre troupeau est encore au dessus des limites !’ Ils n’ont pas dit de combien ni suggéré quoique ce soit pour le réduire dans les limites. Ils ne voulaient pas discuter et sont tous partis. Après, j’ai entendu dire qu’une de mes cousines, Ruby, avait eu ses moutons confisqués, mais qu’elle avait pu en récupérer la plupart. Ils ont probablement dû payer beaucoup d’argent pour les récupérer. Le BIA et l’administration territoriale Hopi ne veulent que de l’argent, et c’est comme çà que nous sommes forcés de leur donner de l’argent tous les ans ! » – Etta Begay, 20 août 2015
Les habitants Diné sont cependant réduits au silence et à la non-existence, et demandent à nouveau aux citoyens du monde d’exiger un arrêt immédiat de ces réductions de troupeaux forcées et l’annulation de la loi sur la déportation, afin d’être reconnus comme un authentique groupe de gens déterminés et d’être autorisés à conserver tout le contenu culturel encore récupérable, entre autres les terres ancestrales. Nous vous prions d’appeler les numéros ci-dessous pour demander un moratoire sur les saisies de bétail Diné et l’annulation de la loi PL 93-531, une loi qui coûte trop aux contribuables et qui a été créée dans des circonstances anormales [la fameuse loi PL 93-531, qui chassait des milliers de Navajo de chez eux, a été discutée au Congrès durant l’été 1974, en plein scandale du Watergate, les Sénateurs n’assistaient jamais aux discussions sur Big Mountain, venaient voter quand la cloche sonnait et demandaient à leurs assistants comment voter et surtout comment votaient les vedettes des partis : à l’époque, la vedette du parti Républicain était Barry Goldwater… – NdT]. Envoyez aussi des emails à blackmesais@gmail.com pour avoir plus d’informations sur l’observation des droits de l’homme et le programme de bénévoles pour garder les troupeaux de moutons.
– auteurs : Tree de Black Mesa Indigenous Support, et Kat de SheepDogNation Media, août 2015
Que faire ?
– Envoyer des fonds à Black Mesa Indigenous Support, se présenter comme bénévole pour garder des moutons ou contrôler les violations des droits de l’homme : blackmesais@gmail.com
– Soutenir la Résistance Autochtone et les modes de vies menacés en partageant, transmettant ce message le plus largement et le plus loin possible
Contacts (pour protester)
Superintendant du BIA Wendel Honanie (00 1) 928 738 2228
Président Hopi Herman G. Honanie, hehonanie@hopi.nsn.us , tel. (00 1) 928 734 3102
Clayton Honyumptewa des Hopi Rangers 00 1 928 734 3601
Le Ministère de l’Intérieur (00 1) 602 379 6600

No comments:

Censored News PayPal

Censored News depends on reader donations for live coverage. brendanorrell@gmail.com

Censored News Copyrights

Copyrights of Censored News content are maintained by all writers, photographers and anyone whose work appears on Censored News. No content may be used without permission. No content may be used in any revenue scheme. brendanorrell@gmail.com