Tuesday, March 3, 2015

Remembering Margene Bullcreek: The Goshute's Nerve Gas Neighbors

When Margene Bullcreek stood up to halt the nuclear dump on Skull Valley, her efforts led to new exposures of the nerve gas neighbors next door
By Brenda Norrell
Censored News
French translation by Christine Prat
Also see KUER Utah news report by Judy Fahys
The passing of Margene Bullcreek, Goshute Shoshone, reminds us of the need to record the stories for future generations. Margene Bullcreek led the fight which halted the nuclear dump on Skull Valley Goshute land in Utah. As this fight was underway in 2005, it led to the exposure of the Goshute's nerve gas neighbors next door, the US Army.
By standing up to halt the desecration and contamination, Margene Bullcreek's efforts led to the following article, which I wrote in 2005. In memory of Margene, who passed to the Spirit World on Sunday, I'm reposting this article here as a reminder of the need to share the stories, to record the words for future generations, and as an example of the ripple effect of standing up for truth.
When the Nuclear Regulatory Commission approved the license for a nuclear storage facility on Skull Valley Goshute tribal land, it prompted new questions about the federal government’s use of the area as a U.S. Army test site for biological and chemical weapons, including nerve gas and anthrax.
From 2005:
Margene Bullcreek, Skull Valley Goshute tribal member and among those protesting nuclear and toxic dumping on Indian lands, said it is time for the government to stop dumping its nuclear waste on Indian people and stop treating them as if they are expendable.
“There is no gain to our prosperity when there is poison spilled. The radioactive waste would bring harm to our medicine wheel in four areas: physical, mental, emotional and spiritual,” said Bullcreek, founder of the community group Ohngo Gaudadeh Devia Awareness.

The Goshute group, along with the state of Utah, is opposing the Private Fuel Storage Limited Liability Consortium’s current plan to store more than half of the nation’s high-level nuclear waste on 17,444 acres of tribal land.
Goshutes, whose native language is Shoshone, are protesting the proposed nuclear dump now referred to as “Utah’s Yucca Mountain,” after the proposed high-level nuclear waste repository in southern Nevada. Meanwhile, Western Shoshone in Nevada continue to oppose the Yucca Mountain nuclear dump on ancestral lands.
“Indigenous people within this nation have always been victimized to provide national security,” said Bullcreek, criticizing the BIA’s approval of the nuclear waste dump of Goshute land.
Already, Goshutes have been unwilling neighbors of the U.S. Army’s biological and chemical weapon open-air testing at the Dugway Proving Ground in western Utah.
The Federal Emergency Management Agency recognizes the risks those weapons pose to Dugway’s neighbors, the Skull Valley Goshute.
On its Web site, FEMA quotes from Jicarilla Apache researcher Veronica Tiller’s “Guide to Indian Country”:
“South of the reservation is the Dugway Proving Grounds, where chemical and biological weapons have been developed and tested by the government. In 1968, chemical agents escaped from Dugway, killing approximately 6,000 sheep and other animals on the reservation; the government buried at least 1,600 of the contaminated sheep on the reservation. —
“East of Skull Valley, in the Rush Valley area, is a government nerve-gas storage facility. Northwest is the Envirocare Low-Level Radioactive disposal site. North of the reservation is a large magnesium production plant, which has been identified by the Environment Protection Agency as the most polluting plant of its kind in the U.S.”
Referring to the proposed nuclear dump, the FEMA site states that flash flooding and earthquakes along the Wasatch fault pose additional risks.
The operations at Dugway Proving Ground were classified for most of the 20th century. In March 1968, following a VX nerve agent experiment, 6,000 sheep died in Skull Valley and Rush Valley.
“Agent VX was found to be present in snow and grass samples that were received approximately three weeks after the sheep incident,” said the 1970 report by researchers at the Army’s Edgewood Arsenal in Maryland, as revealed by the Salt Lake Tribune in 1998.
The document was declassified in 1978, but not until 30 years after the deaths of the sheep did it become public. Still, the commander of Dugway said the Army does not accept responsibility for the death of the sheep or admit negligence.
VX, which was found in the bodies of the dead sheep, is a nerve agent so powerful that a single drop on the skin can result in death within about 15 minutes. It disrupts the nervous system and causes breathing to stop. GB, another common form of nerve agent known also as sarin, vaporizes quickly when exposed to air and forms a deadly gas.
International publicity about the incident contributed to President Nixon’s decision to ban all open-air testing of chemical weapons in 1969.
Meanwhile, Goshute tribal leaders often question whether the deaths of several tribal elders, who died shortly after the sheep, were the result of the nerve gas accident.
At the time, in 1968, Dugway conducted aerial nerve gas testing. In one of its experiments, VX was sprayed from a jet to a ground target 27 miles west of Skull Valley. At the time of the accident, when the nerve agent escaped the target area, any animals or people who ate the grass or snow would have become contaminated.
Besides the sheep deaths in 1968, there were at least 1,174 other tests of chemical agents at Dugway, which spread nearly a half million pounds of nerve agent to the winds, according to documents revealed by Deseret News in Utah. There were 328 open-air germ warfare tests; 74 radiological “dirty bomb” tests and the equivalent of eight intentional meltdowns of small nuclear reactors.
Along with biological and chemical testing at Dugway, open-air nuclear weapons testing at the Nevada Test Site in the 1950s and 1960s sent radioactive fallout drifting into Utah.
Currently, Dugway is in the market for mass quantities of anthrax, according to contract requests discovered by the Sunshine Project, a U.S.-German organization that opposes the use of biological and chemical weapons.
New Scientist magazine reported that the controversial move is likely to raise questions over the United States’ commitment to treaties designed to limit the spread of biological weapons, pointing out that even though the nation renounced biological weapons in 1969, Dugway was still producing quantities of lethal anthrax as recently as 1998.
The Dugway contract request is for companies to bid for the production of bulk quantities of a non-virulent strain of anthrax and equipment to produce significant volumes of other biological agents.
Besides contracts for anthrax, other contracts are for equipment to produce an unspecified biological agent and sheep carcasses to test the efficiency of an incinerator for the disposal of infected livestock.

brendanorrell@gmail.com
Brenda Norrell, publisher of Censored News

HOMMAGE A MARGENE BULLCREEK : LE GAZ INNERVANT DES VOISINS DES GOSHUTES
Margene Bullcreek, qui nous a quittés récemment, était à la tête de la lutte contre la décharge de déchets nucléaires dans Skull Valley, lutte qui l’a menée à découvrir du gaz innervant à proximité
Par Brenda Norrell
Censored News, 3 mars 2015
Traduction Christine Prat
Le décès de Margene Bullcreek, Shoshone Goshute, nous rappelle la nécessité de préserver les histoires pour les générations futures. Margene Bullcreek a conduit la lutte qui a mis un terme à la décharge de déchets nucléaires en terre Goshute, dans la Skull Valley, en Utah. Alors que le combat était en cours, en 2005, il a conduit à la découverte et la dénonciation de voisins des Goshute possédant du gaz innervant : l’armée américaine.
Lorsqu’elle s’est engagée pour bloquer la profanation et la contamination, les actions de Margene Bullcreek inspiré l’article ci-dessous, que j’ai écrit en 2005. En mémoire de Margene, qui est passée dans le Monde de l’Esprit dimanche dernier, je republie cet article pour rappeler la nécessité de partager les histoires, d’enregistrer les paroles pour les générations futures, et comme exemple de l’effet d’entrainement produit par le fait de s’engager dans la lutte pour la vérité.
Quand la Commission de Régulation Nucléaire a approuvé la licence pour un site de stockage sur une terre tribale Goshute dans la Skull Valley, çà a soulevé de nouvelles questions sur l’utilisation par le gouvernement fédéral de la région comme site d’essais pour les armes biologiques et chimiques de l’armée des Etats-Unis, entre autres le gaz innervant et l’anthrax.
Brenda Norrell

Article de 2005 :
Margene Bullcreek, membre de la tribu Goshute de Skull Valley faisant partie de ceux qui protestent contre la décharge de déchets nucléaires ou toxiques en terres Indiennes, a dit qu’il était temps que le gouvernement arrête de déverser ses déchets nucléaires sur les Indiens et de les traiter comme s’ils étaient jetables.
« Rien n’est ajouté à notre prospérité si du poison est déversé. Les déchets radioactifs détérioreraient notre roue médecine dans les quatre domaines : physique, mental, émotionnel et spirituel » dit M. Bullcreek, fondatrice du groupe communautaire Ohngo Gaudadeh Devia Awareness.
Le groupe Goshute, avec l’état d’Utah, s’oppose au projet actuel du Consortium Private Fuel Storage[Stockage Privé de Carburant – NdT] de stocker plus de la moitié des déchets nucléaires à haute teneur du pays sur environs 7 hectares de terre tribale.
Les Goshutes, dont la langue d’origine est Shoshone, protestent contre la décharge nucléaire projetée, rebaptisée « la Yucca Mountain de l’Utah », en référence à la décharge nucléaire du sud du Nevada. Pendant ce temps, les Shoshone de l’ouest dans le Nevada continuent à s’opposer à la décharge de déchets nucléaires sur des terres ancestrales.
« Les Autochtones de ce pays ont toujours été victimes de la sécurité nationale », dit M. Bullcreek, critiquant l’approbation par le Bureau des Affaires Indiennes de la décharge de déchets nucléaires en pays Goshute.
Déjà, les Goshutes sont des voisins involontaires du site de tests à l’air libre d’armes biologiques et chimiques de l’Armée des Etats-Unis de Dugway, dans l’ouest de l’Utah.
L’Agence Fédérale de Gestion des Crises [Federal Emergency Management Agency] reconnaît les risques que ces armes posent aux voisins de Dugway, les Goshute de la Skull Valley.
Sur son site Web, l’Agence cite le ‘Guide en Pays Indien’ de la chercheuse Apache Jicarilla Veronica Tiller :
« Au sud de la réserve il y a le site de tests de Dugway, où des armes chimiques et biologiques sont développées et testées par le gouvernement. En 1968, des agents chimiques ont fui de Dugway, tuant environs 6000 moutons et autres animaux de la réserve ; le gouvernement a enterré au moins 1600 moutons contaminés dans la réserve.
« A l’est de Skull Valley, dans la région de Rush Valley, le gouvernement a un site de stockage de gaz innervant. Au nord de la réserve, il y a une grande usine de production de magnésium qui a été identifiée par l’Agence de Protection de l’Environnement comme la plus polluante du genre aux Etats-Unis. »
En ce qui concerne le projet d’entrepôt de déchets nucléaires, l’Agence Fédérale de Gestion des Crises déclare que des inondations éclair et des tremblements de terre le long de la ligne de fracture de Wasatch constituent des risques supplémentaires.
Les opérations du site de test de Dugway ont été classées secret-défense pendant presque tout le 20ème siècle. En mars 1968, suite à une expérience avec l’agent innervant VX, 6000 moutons sont morts dans Skull Valley et Rush Valley.
« L’agent VX a été trouvé dans des échantillons de neige et d’herbe fournis approximativement trois semaines après l’incident des moutons » peut-on lire dans un rapport de 1970 rédigé par des chercheurs de l’Arsenal de l’Armée d’Edgewood, dans le Maryland, qui a été révélé par le Salt Lake Tribune en 1998.
Le secret-défense sur le document a été levé en 1978, mais ce n’est que 30 ans après la mort des moutons qu’il a été rendu public. Pourtant, le commandant de Dugway a dit que l’Armée n’acceptait pas la responsabilité pour la mort des moutons et n’admettait aucune négligence.
Le VX, qui a été trouvé dans les cadavres de moutons, est un gaz innervant tellement puissant qu’une seule goutte sur la peau peut entrainer la mort en à peu près 15 minutes. Çà perturbe le système nerveux et entraine l’arrêt de la respiration. L’agent GB, une autre forme commune de gaz innervant plus connue comme ‘sarin’, s’évapore rapidement dans l’air en un gaz mortel.
La couverture internationale de l’incident a contribué à la décision du Président Nixon d’interdire tous les tests à l’air libre d’armes chimiques en 1969.
Cependant, les dirigeants tribaux Goshute se sont souvent demandé si la mort de plusieurs anciens de la tribu, décédés peu de temps après les moutons, n’était pas due à l’accident du gaz innervant.
A l’époque, en 1968, Dugway procédait à des tests aériens. Lors d’une des expériences, du VX a été répandu d’un avion vers une cible au sol à environs 43 km de Skull Valley. Au moment de l’accident, quand le gaz innervant s’est échappé de la zone ciblée, tout animal ou humain qui aurait consommé de l’herbe ou de la neige aurait été contaminé.
A part la mort des moutons en 1968, il y a eu au moins 1174 tests de produits chimiques à Dugway, dispersant des centaines de milliers de kilo de gaz innervant à tous vents, selon des documents révélés par le Deseret News en Utah. Il y a eu 328 tests à l’air libre d’armes biologiques ; 74 tests de « bombes sales » à radiations et l’équivalent de 8 fusions intentionnelles de petits réacteurs nucléaires.
A côté des tests biologiques et chimiques à Dugway, des essais d’armes atomiques à ciel ouvert au Site d’Essais du Nevada, dans les années 1950 et 1960*, ont causé des retombées radioactives qui se sont propagées jusqu’en Utah.
Actuellement, Dugway est sur le marché de l’anthrax en grandes quantités, selon des demandes de contrats découverts par le Sunshine Project, une organisation américano-allemande qui s’oppose à l’utilisation d’armes biologiques et chimiques.
Le magazine New Scientist a écrit que cette démarche controversée va vraisemblablement soulever des questions quant au respect par les Etats-Unis des traités établis pour limiter la prolifération d’armes biologiques, et l’article souligne que, bien que le pays ait renoncé aux armes biologiques en 1969, Dugway produisait encore des quantités mortelles d’anthrax en 1998.
Le but de la demande de contrat de Dugway est que les entreprises fassent des offres pour la production de grandes quantités de souche non-virulente d’anthrax et d’équipement pour produire des volumes importants d’autres agents biologiques. A part les contrats pour l’anthrax, d’autres contrats concernent l’équipement pour produire un agent biologique non spécifié et des carcasses de moutons pour tester l’efficacité d’un incinérateur pour le bétail infecté.

* Les tests suivants étaient souterrains, mais causaient tout de même d’énormes colonnes de poussière radioactive dans l’air. Ils ont continué jusqu’en 1992. Il y a eu environs 800 tests sur le site du sud du Nevada (à seulement 105 km de Las Vegas et à proximité de terres ancestrales des Shoshone) – Christine Prat
Photo ci-contre: du site “The Blog Below”, 14 juillet 2008

No comments:

Censored News PayPal


Thanks for reading Censored News for the past 10 years! I've depleted all my funds to keep Censored News going. Please donate to help provide Internet access for Censored News! Censored News has no advertising, grants or sponsors, and depends on reader donations! Thank you! Brenda Norrell, PMB 132, 405 E Wetmore Rd, Ste 117, Tucson, Ariz. 85705 brendanorrell@gmail.com